04 septembre 2008

Eco-terrorisme

De temps en temps, je tombe sur un livre qui vient chatouiller en moi des opinions, idées, tendances. Soyons clairs, je ne milite pas chez les verts, mais comme de plus en plus de mes concitoyens, je me préoccupe de notre planète et je vibre en regardant des émissions comme Thalassa ou Ushuaïa nature.
Je ne sais si je suis au fond masochiste mais j'aime me remettre en question et je n'hésite pas à me laisser chambouler. Alors quand j'ai vu ce livre "le parfum d'Adam", je me suis plongée dedans.
Pas seulement pour son titre poétique...
Pas seulement parce que c'est du Jean-Christophe Rufin...
Mais aussi parce qu'il aborde l'écologie terroriste.
Ce livre se lit facilement, même s'il a plus de 700 pages. Il est romancé et ferait à mon avis un très bon scénario de film car il nous balade sur les 4 coins de la planète : Pologne, USA, France, Brésil, Suisse...et on pourrait se laisser bercer uniquement par l'histoire à rebondissement.
Juliette est une jeune militante écologiste, fragile et idéaliste. Elle participe à une opération commando pour libérer des animaux de laboratoire. Cette action apparemment innocente va l'entraîner au coeur d'un complot sans précédent qui, au nom de la planète, prend ni plus ni moins pour cible l'espèce humaine. L'agence de renseignements privée " Providence ", aux Etats-Unis, est chargée de l'affaire. Elle recrute deux anciens agents, Paul et Kerry, qui ont quitté les services secrets pour reprendre des études, l'un de médecine, et l'autre de psychologie. Leur enquête va les plonger dans l'univers terrifiant de l'écologie radicale et de ceux qui la manipulent. Car la défense de l'environnement n'a pas partout le visage sympathique qu'on lui connaît chez nous. La recherche d'un Paradis perdu, la nostalgie d'un temps où l'homme était en harmonie avec la nature peuvent conduire au fanatisme le plus meurtrier.
Sauf qu'en lisant ce livre je me suis remémorée des anecdotes, discours, opinions entendues ici et là ces dernières années et qui reprenaient par petites touches, l'air de rien, les théories inquiétantes et excessives de William Aiken : notre terre est surpeuplée, il faut limiter les naissances, l'homme n'est qu'un animal parmi d'autres, la nature est à sauvegarder à tout prix même si pour cela il faut lui sacrifier l'homme...j'en passe.
Rufin y connaît un rayon même si son livre est romancé (médecin hospitalier puis à MSF, ancien directeur d'Action contre la Faim, il est actuellement ambassadeur de France au Sénégal). Il adore lever les voiles pudiques jetés sur les sujets qui dérangent. Notre courant écologique en France est bien gentillounet (et franchement peu inquiétant), mais ailleurs il existe des khmers verts et des intégristes de la protection de la nature qui au nom de la santé de la Terre n'hésitent pas à s'attaquer à l'homme.
Vaste débat ! un délicat équilibre à trouver...

8 commentaires:

Annick a dit…

Merci pour ce message. Tu m'as donné envie de lire ce livre, d'autant plus que j'aime beaucoup J.C. Ruffin.

rachel a dit…

et oui...cela me rappelle les lois d'asimov, surtout la fameuse 4eme: faut tuer des hommes pour sauver l'humanite..meme les robots ont fini pour se scinder et se faire la guerre pour cette question....c fou comme cela peut faire peur quand meme...

fleur a dit…

Entièrement d'accord. QUand je vois des titres diffusés partout en poche "l'homme disparaîtra, bon débarras", je me dis que le film d'Al Gore risque de faire autant de victimes que celui de Marx... Tout en étant plein de bonnes intentions.
A lire aussi, "State of Fear", très marrant! Bisous à toi et ta fille (rentrée des classes?)

puccannick a dit…

Tu donnes envie de lire ce livre et les photos sont très belles et éloquentes.
Comme tu le dis, en France notre approche de l'écologie, de la protection de la nature, du tri des déchets toussa est bien gentillet... Je crois que beaucoup n'ont pas conscience de l'enjeu et que surtout il y a une grosse part d'égoisme: je vis ma vie en me faisant plaisir, tant pis pour les autres.
Il y a certainement un juste milieu entre les khmers verts et le français moyen. Peut-être que le problème premier est la bêtise humaine, et ça, c'est difficile à combattre.
Je vous embrasse!

Sandrine Tricofolk a dit…

Tu m'a aussi donné envie de lire ce livre, l'écologie c'est pas si facile que ça en a l'air au premier abord. Et comme dans tous les domaines, des idées poussées très loin sont toujours dangereuses.

Cath a dit…

Moi aussi, ça me done envie de le lire.
C'est vrai qu'en France, l'écologie est un vaste ?
Il faudrait déjà se mettre d'accord sur la façon de trier ses déchets. D'une région à l'autre, on ne remplit pas les poubelles jaunes de la même façon. Il faut m'expliquer!!!

lucylaine a dit…

Ce livre a l'air passionnant!! Tu le racontes si bien et comme toi je me pose les mêmes questions!! Les photos que tu as choisi sont sublimes!!Quand je regarde les reportages d'ushuaïa nature j'en ressors toujours bouleversée!!

Sara a dit…

Comme tu dis vaste débat...
Qu'on est trop nombreux pour la terre, c'est certain. De là à éliminer sciemment des hommes...
Ceci dit, je crois que nous allons nous éliminer nous mêmes: inondations, ouragans, sécheresse en augmentation; et on manque déjà de nourriture. Le problème, c'est que ce sont toujours les pays pauvres qui payent le prix... mais je crois que cette fois, on le payera nous aussi, un peu plus tard peut-être, mais on le payera.